Jouablilté : Aborde l'aspect de la maniablité du personnage et son inter-action avec les éléments du décor (coeff 2).

Profondeur : définit la profondeur physique du jeu par rapport à sa linéarité, la liberté de mouvement du joueur (coeff 3).

Scénario : scénario classique ou véritable histoire originale (coeff 3).

Graphismes : ne s'attache pas à définir leS performances du jeu par rapport aux cartes vidéo mais souligne l'aspect original du dessin (coeff 2).

Originalité : critère purement subjectif en ce qui me concerne qui reprend les éléments précédents d'une manière globale (coeff 1)

AI des PNJ : Aptitude des ennemis ou des personnages non joueurs à aborder les situations de jeu et de combat (coeff 2).

Difficulté : ne juge pas la difficulté du jeu de manière générale mais se base plutôt sur le critère de "difficulté intelligente" du jeu en comparaison d'une bête difficulté de calcul par exemple (raccourcissement du temps de mission, ennemis qui vous détecte automatiquement etc...) (coeff 1).

Ambiance sonore : souligne l'ambiance sonore générale du jeu et sii sa montée en puissance est respectée (coeff 2)

Final : note qui définit si le final du jeu est cohérent (voire compréhensif) ou au contraire, a été bâclé (coeff 1).

NOTE SUR LE MULTIPLAYER

N'étant pas un adepte du multiplayer pour les FPS que j'ai testé, je me garderai de porter un avis sur la question.

Je vous invite donc à vous rendre sur des sites compétents en la matière afin de vous faire un avis.

Le seul multiplayer que je continue de pratiquer étant COUNTER-STRIKE, ce sera le seul qui bénéficiera d'un test sur ce site.

 

Note globale
     
Jouablilité  
Profondeur  
Scénario  
Graphismes  
Originalité  
Intelligence Artificielle  
Difficulté  
Ambiance  
Final  
     

PRESENTATION

Passé le choc des excellents FPS comme Half-Life, je pensais que je ne serai plus scotché par un scénario mais c'était sans compter l'arrivée de STALKERS. Tiré d'un film du même nom sorti dans les années 80 en russie, l'histoire vous transporte dans la zone de Tchernobyl d'aujourd'hui, tranformée en une zone de non-droits dans laquelle s'affrontent des factions dont les motivations divergent. Les 3 opus sont assez réussis même si CLear sky reste un poil en dessous des deux autres, donnant plus l'impression d'un remake vite-fait bien-fait du premier.

JOUABILITE (4/5)

Le jouabilité est excellente sans être exceptionnelle mais la prise en main est rapide et le fluidité est au rendez-vous, sous réserve que vous ayez une machine survitaminée car le jeu est assez gourmand en ressources vidéo.

LATITUDE DU JOUEUR (5/5)

Les cartes sont très grandes et vous avez la possibilité de retourner sur vos pas au tout début de l'aventure. La profondeur de jeu est excellente et bien gérée.

SCENARIO (5/5)

Le scénario est assez original mais reste cependant assez confus dans le premier épisode. Heureusement que les opus suivants apportent une vision un peu plus claire sur les évènements qui motivent les Stalkers. Restent les différentes factions que le joueur rencontre au fil de l'aventure dont le rôle aurait pu être un peu plus étoffé dans cette aventure.

GRAPHISMES (5/5)

Qui n'a jamais contemplé un coucher de soleil sur la centrale de tchernobyl? Même si le jeu original est superbe par rapport à sa réalisation, vous apprécierez certainement les nombreux mods qui ont fleuri sur la toile et dont certains apportent un réel plus sur le plan graphique.

ORIGINALITE (5/5)

Note maximale pour ce jeu qui peut sans rougir souffrir la comparaison avec son héritier Half Life. Le contexte oppressant de l'atmosphère post apocalyptique confère à Stalker une distinction particulière qui justifie à elle seule le détour.

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE DES PNJ (3/5)

En revanche, un petit bémol concernant l'IA qui ne brille pas par sa programmation (cheminements linéraires programmés, aucune initiative, enemis prévisibles).

DIFFICULTE (4/5)

La difficulté est bien dosée et le jeu se termine (malgré tout difficilement) au niveau facile.

AMBIANCE SONORE (4/5)

L'ambiance sonore est correcte sans être exceptionnelle, l'accent ayant été porté sur le graphisme. Néanmoins, les dialogues sont convaincants et les musiques bien adaptées au rythme du jeu.

FINAL (4/5)

Un final original pour le premier épisode mais qui nécessitera les explications du deuxième et du troisième pour comprendre (un peu) le scénario. UN final un poil en dessous pour Clear Sky qui reste l'opus le moins réussi pour les raisons expliquées plus haut.

CONCLUSION

STALKER reste la bonne surprise depuis cette dernière décénie et vient s'inscrire parmi les jeux incontournables et à avoir dans sa ludothèque. Un seul reproche néanmoins, sa durée de vie trop courte.

 



astuce

 

 

Piedpage
ON Qui suis-je?