Jouablilté : Aborde l'aspect de la maniablité du personnage et son inter-action avec les éléments du décor (coeff 2).

Profondeur : définit la profondeur physique du jeu par rapport à sa linéarité, la liberté de mouvement du joueur (coeff 3).

Scénario : scénario classique ou véritable histoire originale (coeff 3).

Graphismes : ne s'attache pas à définir leS performances du jeu par rapport aux cartes vidéo mais souligne l'aspect original du dessin (coeff 2).

Originalité : critère purement subjectif en ce qui me concerne qui reprend les éléments précédents d'une manière globale (coeff 1)

AI des PNJ : Aptitude des ennemis ou des personnages non joueurs à aborder les situations de jeu et de combat (coeff 2).

Difficulté : ne juge pas la difficulté du jeu de manière générale mais se base plutôt sur le critère de "difficulté intelligente" du jeu en comparaison d'une bête difficulté de calcul par exemple (raccourcissement du temps de mission, ennemis qui vous détecte automatiquement etc...) (coeff 1).

Ambiance sonore : souligne l'ambiance sonore générale du jeu et sii sa montée en puissance est respectée (coeff 2)

Final : note qui définit si le final du jeu est cohérent (voire compréhensif) ou au contraire, a été bâclé (coeff 1).

NOTE SUR LE MULTIPLAYER

N'étant pas un adepte du multiplayer pour les FPS que j'ai testé, je me garderai de porter un avis sur la question.

Je vous invite donc à vous rendre sur des sites compétents en la matière afin de vous faire un avis.

Le seul multiplayer que je continue de pratiquer étant COUNTER-STRIKE, ce sera le seul qui bénéficiera d'un test sur ce site.

 

Note globale
     
Jouablilité  
Profondeur  
Scénario  
Graphismes  
Originalité  
Intelligence Artificielle  
Difficulté  
Ambiance  
Final  
     

PRESENTATION

F.E.A.R. vous plonge au sein d'une organisation qui tente de développer une nouvelle race de guerriers dirigés par la pensée contre laquelle vous allez devoir vous battre. Clairement axé sur le registre de la peur (comme l'indique son nom), F.E.A.R. joue avec vos nerfs du début à la fin.

JOUABILITE (3/5)

Jouabilité moyenne du personnage qui n'a pas la mobilité d'un Jack Calver. Néanmoins, la maniabilité reste correcte et paramétrable.

LATITUDE DU JOUEUR (2/5)

Si vous aimez les grands espaces, F.E.A.R. n'est pas pour vous. En effet, les marges de manoeuvre sont réduites et la profondeur du jeu est quasi nulle. Les programmeurs vous emènent là où ils veulent, de manière quelques fois assez prévisible.

SCENARIO (3/5)

Original par son approche, F.E.A.R. vous plonge dans un scénario moyen mais cependant assez confus, entre-coupé de séquences "flash" video qui tente de vous expliquer la finalité du jeu. Cependant, il faudra attendre le deuxième volet pour en savoir un peu plus.

GRAPHISMES (3/5)

Les graphismes sont corrects sans être extraordinaires, dans la moyenne des FPS De l'époque. La vraie révolution, il faudra la chercher ailleurs.

ORIGINALITE (4/5)

Un concept de jeu assez original par son approche "film d'horreur" et qui joue avec les nerfs du joueur. Frissons garantis si vous jouez vers les minuit dans le noir... A déconseiller néanmoins aux plus jeunes pour quelques séquences assez gore que vous pouvez cependant zapper dans le menu de configuration.

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE DES PNJ (4/5)

La sortie marketing du jeu fut longuement axée sur une IA révolutionnaire. Effectivment, les mouvements des ennemis sont de toute beauté et très réalistes. Assez imprévisibles, ils utilisent tous les éléments du décors pour vous surprendre et s'adaptent à toutes les situations (envoi d'éclaireurs, grenades etc...).

DIFFICULTE (3/5)

F.E.A.R. reste un jeu assez accessible pour les débutants quoiqu'un peu difficile dans les niveaux supérieurs, souffrant d'une difficulté souvent mal dosée.

AMBIANCE SONORE (4/5)

Ambiance de film d'horreur avec un très bon doublage français, rare pour l'époque ce qui mérite d'être souligné.

FINAL (4/5)

Un bon final, sans le traditionnel boss de fin de niveau, qui laisse entrevoir une suite avec quelques add-on.

CONCLUSION

Un jeu assez moyen donc, aussi bien dans sa conception graphique que dans sa linéarité, qui ne laiss epas beaucoup de choix de jeu au joueur, mais qui compense par une ambiance assez particulière, plongeant le joueur dans quelques heures d'angoisse et de peur...

 



astuce

 

 

Piedpage
ON Qui suis-je?