Jouablilté : Aborde l'aspect de la maniablité du personnage et son inter-action avec les éléments du décor (coeff 2).

Profondeur : définit la profondeur physique du jeu par rapport à sa linéarité, la liberté de mouvement du joueur (coeff 3).

Scénario : scénario classique ou véritable histoire originale (coeff 3).

Graphismes : ne s'attache pas à définir leS performances du jeu par rapport aux cartes vidéo mais souligne l'aspect original du dessin (coeff 2).

Originalité : critère purement subjectif en ce qui me concerne qui reprend les éléments précédents d'une manière globale (coeff 1)

AI des PNJ : Aptitude des ennemis ou des personnages non joueurs à aborder les situations de jeu et de combat (coeff 2).

Difficulté : ne juge pas la difficulté du jeu de manière générale mais se base plutôt sur le critère de "difficulté intelligente" du jeu en comparaison d'une bête difficulté de calcul par exemple (raccourcissement du temps de mission, ennemis qui vous détecte automatiquement etc...) (coeff 1).

Ambiance sonore : souligne l'ambiance sonore générale du jeu et sii sa montée en puissance est respectée (coeff 2)

Final : note qui définit si le final du jeu est cohérent (voire compréhensif) ou au contraire, a été bâclé (coeff 1).

NOTE SUR LE MULTIPLAYER

N'étant pas un adepte du multiplayer pour les FPS que j'ai testé, je me garderai de porter un avis sur la question.

Je vous invite donc à vous rendre sur des sites compétents en la matière afin de vous faire un avis.

Le seul multiplayer que je continue de pratiquer étant COUNTER-STRIKE, ce sera le seul qui bénéficiera d'un test sur ce site.

 

Note globale
     
Jouablilité  
Profondeur  
Scénario  
Graphismes  
Originalité  
Intelligence Artificielle  
Difficulté  
Ambiance  
Final  
     

PRESENTATION

Bioshock, premier du nom, se déroule à l'aube des années 60. Alors que votre avion survole l'océan atlantique, il s'écrase en pleine mer et vous réalisez que vous êtes le seul survivant. Distinguant au loin un phare dressé au beau milieu de l'océan, vous y entrez et découvrez alors l'univers chaotique de Rapture, la cité sous-marine construite par Ryan Industrie.

JOUABILITE (3/5)

La gestion du personnage est correcte, sans être exceptionnelle, assez restreinte dans les combinaisons de mouvement permises. Néanmoins, la différence de mouvement entre le joueur sans et avec la combinaison est bien rendue. La gestion des plasmides est assez intuitive malgrè une mémorisation obligatoire des touches de fonction d'affectation des plasmides. Un rappel sur écran durant le jeu aurait été judicieux.

LATITUDE DU JOUEUR (3/5)

Bioshock est un jeu assez linéaire et offre au joueur peu de latitude : les espaces sont réduits malgré la présence de grandes salles mais les interactions avec les éléments du jeu sont assez bonnes (possibilité de bouger certains éléments, modifier des éléments du jeu afin de détourner leur fonction première etc...

SCENARIO (4/5)

On reconnait un bon scénario de jeu quand on se dit : "ah tient! ça ferait un bon sujet de livre ou de film" et Bioshock entre dans cette catégorie. L'histoire est assez fouillée dans ce premier Opus et les personnages secondaires sont très crédibles (Dr Tannenbaum par exemple) et ajoutent une dimension psychologique dans la profondeur du jeu. Une mention spéciale particulière pour avoir situé l'action dans les années 50. Les programmeurs et graphistes ont bien sû recréer l'ambiance si particulière de ces années là.

GRAPHISMES (3/5)

Sans vraiment être un foudre de guerre, le moteur graphique s'acquitte correctement de sa tâche en proposant des décors soignés et des séquences vidéos de transition de qualité. Un bémol cependant dans la gestion des morts qui reste assez "gore". Ames sensibles s'abstenir.

ORIGINALITE (5/5)

Une mention toute particulière pour la réalisation de ce jeu qui allie l'ambiance particulière des années 50 et la pointe de modernisme et de science fiction qui caractérise Rapture. Les armes restent crédibles, tant par la diversité de leurs munitions respectives que par leurs améliorations.

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE DES PNJ (4/5)

La gestion de l'IA dans Bioshock a été particulièrement bien soignée. Possibilité de surprendre les ennemis si vous les avez de dos, et en cas d'attaques multiples, les PNJ se ruent sur l'ennemi le plus puissant : si vous suspendez votre attaque, ils se tournent vers les tourlles par exemple.

DIFFICULTE (3/5)

Bioshock reste un jeu abordable sur le plan de la difficulté. En mode débutant, il est très facile de terminer le jeu. Le mode difficile se borne quant à lui à resserrer les timings, augmenter les vitesses de piratage des tourelles, des coffres, rendre les ennemis un peu plus résistants à vos attaques, bref, un mode difficile sans immagination qui ne joue que sur les paramètres de programmation des actions et non vraiment sur le réel potentiel du hard core gamer.

AMBIANCE SONORE (5/5)

Mention spéciale pour les bandes sons de ce jeu, tant par la musique d'ambiance qui achève de nous plonger dans las années 50 (même par les séquences vidéos de présentation des plasmides) que par le doublage des voix particulièrment réussi, accentuant la sensation d'angoisse du jeu.

FINAL (5/5)

Un final conforme au scénario, avec traditionnel BOSS de fin de niveau coriace mais sans plus. Mais le plus important, c'est que Bioshock vous offre la possibilité de plusieurs fins différentes en fonction de vos actions dans le jeu. Le joueur en mode "gentil" aura une fin différente du joueur qui aura préféré le "côté obscur" de l'adam.

CONCLUSION

Au final, un jeu que je ne saurai trop recommander aux fans de FPS qui cherchent du renouveau dans le jeu de tir à la première personne et qui sont plus attachés à l'ambiance d'un jeu qu'à l'action elle-même. Bioshock ne souffre d'aucun bug majeur connu et n'a pas fait l'objet de nombreux correctifs.




astuce

CHEAT CODES

Une petite modification du fichier "defuser.ini" logé dans le répertoire d'installation de Bioshock vous permettra d'assigner des effets aux touches de fonctions :

Ouvrez le fichier "defuser.ini" en ayant pris soin d'en faire une copie au préalable.
Assignez ensuite une touche de fonction sur la commande de votre choix ("F10=god") par exemple en ajoutant à la suite du code.
Sauvegardez puis relancez le jeu.

Attention : les codes redeviennent inactifs après des séquences vidéos ou des transitions entre les niveaux.

Tableau des cheats

Fonction
Effet
fly Voler
ghost Passe-muraille
givebioammo Donne de l'EVE
givehealth Energie max
god Invincibilité
igbigbucks Donne 500$
killpawns Destruire ennemis
slomo Mode ralenti
suicide Se suicider
walk Annule fly et ghost
teleport Se téléporter

LES DIFFERENTES FINS DU JEU

FIN N°1 : vous devez sauver toutes les petites soeurs que vous rencontrez dans le jeu.

FIN N°2 : Récoltez toutes les petites soeurs que vous rencontrez dans le jeu.

FIN N°3 : Sauvez toutes les petites soeurs sauf une, que vous devez récolter.

Sources : jeuxvideo.com

 

 

Piedpage
ON Qui suis-je?